Bébé secoué


Bébé secoué, c’est un sujet encore tabou et qui met mal à l’aise encore de nos jours, que ce soient les professionnels, les parents, mais aussi la société dans laquelle nous vivons.

De nos jours, on recense plusieurs centaines de cas par an.



Qu’est-ce le syndrome du bébé secoué ?

Le syndrome du bébé secoué est un traumatisme crânien non accidentel, infligé par un adulte. C’est le secouement qui provoque ce traumatisme, la tête du bébé est ballottée d’avant en arrière.

Le cerveau choque la boite crânienne provoquant le déchirement des vaisseaux sanguins entourant le cerveau, des saignements mais aussi des lésions cérébrales.

Pour ceux ne se rendant pas compte de l’impact sur le cerveau, c’est comme si le bébé subissait un choc frontal, en voiture, à plus de 90km/h.

Le plus souvent ce drame arrive lorsque l’adulte s’occupant de l’enfant est exaspéré par ses pleurs et perd le contrôle. Il secoue alors le bébé.

Le syndrome du bébé secoué touche plusieurs centaines d’enfants par an et concerne principalement les enfants de moins d’un an, dans 2/3 des cas des enfants de moins de 6 mois.

Dans 55% des cas le secouement est renouvelé, et plus de 10% des bébés décèdent.

75% des bébés secoués garderont des séquelles physiques et mentales irréversibles: intellectuelles, comportementales, visuelles et motrices.

Tous les milieux sont concernés que ce soit chez chez les parents, les grands parents, amis, mais aussi l'environnement où l’enfant est gardé (nourrice, assistante maternelle …)



SBS est-il un geste de maltraitance ?


Ce geste n’est pas prémédité, mais le mot est dur à entendre. Cela reste de la maltraitance malgré votre gré dans la plupart du temps, mais reste une forme de maltraitance avec de lourdes séquelles pour bébé, mais aussi pour l’adulte qui a besoin d’aide, de soutien, de conseils, réapprendre à se connaitre en temps que parents mais aussi auprès de son bébé, car suite à ce geste, la culpabilité est intense et malheureusement, ce geste peut se reproduire si l’adulte n’est pas aidé.


NE PAS SAVOIR GERER LES PLEURS DE SON BEBE NE FAIT PAS DE VOUS UN MAUVAIS PARENT.


Les pleurs du bébé:


Votre bébé pleure ? C’est normal ! Un bébé pleure 2 à 3 heures par jour, mais certains peuvent pleurer plus. Même s’ils sont en bonne santé et que tout va bien.

C’est leur langage, leur moyen d’expression et l’unique moyen de s’exprimer, et bien-sûr c’est leur moyen unique d’exprimer un besoin.

--> Parler, demander de l’aide, poser son bébé, prendre l’air, s’octroyer du temps pour soi, mieux vaut laisser le bébé pleurer dans son lit que d’essayer de le calmer si l’on est énervé.

--> Couchez l’enfant bien en sécurité sur le dos dans son lit.

--> Quittez sa chambre, pour vous calmer.

--> Appelez votre conjoint ou un ami de confiance pour prendre le relais.

--> Appelez votre médecin, la PMI, quelqu’un de proche …

--> Prenez des respirations longues et profondes, détendez-vous et prenez conscience de votre agacement et énervement et calmez-vous avant de retourner voir bébé.


--> Vérifier si l’enfant a :


- Faim

- Besoin de sommeil

- S’il n’a pas de la fièvre

- S’il n’a pas trop chaud ou froid

- S’il n’y a pas trop de bruit ou trop de monde autour de lui, cela peut être source de stress et de fatigue pour lui.


Gestes :


Prenez le dans vos bras, chantez des comptines, des berceuses, lui parler, l’appeler par son prénom, si possible faites du peau à peau.

Prenez un temps à deux en lui faisant un massage sur le ventre, car peut-être a-t-il du mal à digérer, ce qui est le cas chez beaucoup des bébés.

Allez vous promener avec votre bébé, cela lui fera du bien mais aussi à vous.


Si vous constatez divers signes, symptômes, selon la gravité, allez consulter votre médecin ou allez aux urgences.

Quelques soient votre position, c’est-à-dire parents ou professionnels, et que vous avez plusieurs signes alarmants, n’hésitez pas à le dire, n’ayez pas peur car vaut mieux prévenir que de laisser s’installer ce genre de choses sur le bébé, car si cela se produit, cela peut se reproduire de nouveau.


Si votre enfant ou l’enfant que vous pouvez avoir en garde présente un ou plusieurs symptômes, il n’est pas obligatoirement victime du syndrome du bébé secoué.


Voici quelques articles qui peuvent vous aider en cas de désarroi et en cas de besoin d’aide :


Mais surtout, ne pas rester seul face à cela, et ne pas avoir honte d’en parler et se faire aider, pour ne pas faire face à ce geste de mal-être. Je suis à votre disposition pour vous aider avec votre bébé, mais aussi un soutien à la parentalité qui peut être difficile par moment.

Il existe aussi des associations à votre écoute, mais aussi la PMI qui est là en bienveillance pour vous aider dans votre vie de parents.


https://naitreetgrandir.com/fr/sante/naitre-grandir-sante-bebe-secoue-pleur/


https://www.doctissimo.fr/html/grossesse/bebe/bobos/niv2/syndrome-bebe-secoue.htm


N’hésitez pas à me contacter, et réserver les ateliers 3A, 3B pour des moments de détentes auprès de votre enfant, mais aussi avec l’atelier 9 pour un accompagnement et conseils pour bébé et à la parentalité.


#bébésecoué #parentalité #aideàlaparentalité #parents #babycocooningbymeli #bobos